Raffaela Pflüger

Professeur de théâtre

Umar Timol - Nouveau roman : "Journal d'une vieille folle"

Umar Timol - Nouveau roman : "Journal d'une vieille folle"

Umar Timol est un auteur francophone extraordinaire auquel je tiens particulièrement. Sa poésie est un délice qui traverse le corps et atteint l'âme comme un éclair avec des mots forts et nets.

L'auteur, qui comme il le dit lui même, a commencé à écrire à cause d'un sentiment d'incapacité, d'abord pour parvenir a dire ce qu'il voulait vraiment dire mais aussi parce qu'il pensait être incapable de l’écrire, atteint cependant un résultat frappant et bouleversant. Il surprend justement par sa sincérité et sa simplicité, sans codes d'écriture et pur.

Il m'a signalé il y a peu de temps l'apparition de son premier roman : "Journal d'une vieille folle", et je vous invite à le lire ici.

C'est un roman qui n'est pour moi pas vraiment un roman, ni un vrai journal. En effet on dirait un texte de théâtre, car les mots d'Umar font en sorte qu'on voit une succession d'images immédiatement devant nous, qui nous emporte ailleurs. "Journal d'une vieille folle" n'a pas de jugement à nous faire parvenir, au contraire, ce livre est différent et nous laisse toute la liberté de comprendre cette femme, qui est toutes les femmes, ou pas.
Un extrait est disponible ici.

Umar Timol est un auteur d'origine mauritienne. J'avais joué son poème "Casualties of War" lors d'un cours amateur en 2009 et la force de ses mots m'avait beaucoup marqué.

C'est un poème contre la guerre et sans compromis, paru dans "La cendre des mots". Le voici :

 

Casualties of War

ce soir
mon enfant
ma poupée
loin là-bas
très loin là-bas
sur cette terre
terre
parchemin des origines
terre parchemin de sang
il y a un enfant
un tout petit enfant
et comme toi
son petit cœur
est un bourgeon
enrubanné de
pétales et de colombes
et comme toi
ses petits doigts
ses petites mains
brassent des étoiles filantes
et comme toi
ses yeux sont des
écrins qui perlent
des larmes sucrées
et des éclats de douceur
et comme toi
il étincelle des sourires
dans les plissures enchantées
de sa maman
son puits de lumière
son puits d’amour
et ce soir
mon enfant
ma poupée
une bombe
fractale collatérale fragmentée
mais je ne comprends rien à ces mots
et je ne veux rien y comprendre
une bombe
va froisser
perforer détruire
ses rêves
rêves d’un enfant
une bombe
bombe de ceux qui inventent des images pour mieux nous abuser
bombe de ceux qui revendiquent des principes pour mieux nous fusiller
une bombe
va le
désarticuler
démantibuler
poupée cassée
poupée démontée
une bombe va tuer cet enfant
âme innocente
et enfant comme toi
et jamais plus
non jamais plus
il ne pourra
étreindre les aurores et sillonner les nuages
chasser le vent et boire la mousson
et jamais plus il ne pourra
non jamais plus
jamais plus
aimer.


Vous pouvez lire une interview avec Umar Timol ici.

 

Photos :
© Isfaaq Timol, 2003
© Martine Holzinger, 2009

Notez cet article:
20
Avec du lyrisme contre la crise en Hongrie
Adieu Akel - Pensées confuses pour un grand homme...
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
dimanche 21 janvier 2018
Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez saisir un nom d'utilisateur, mot de passe et nom.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.